• Lennel

polyamour, relations non exclusives, anarchie relationnelle ?

Mis à jour : 22 nov. 2018

Le mot tombe, polyamour. Kezako ???

C'est un soir d'hiver, il fait très froid, il gèle même. Je suis dehors, j'ai oublié mes gants et je reçois un message où je lis de la détresse dans les mots de ce nouvel ami. Il se questionne, il ne sait pas, il est perdu.

Première réaction, je mobilise tous mes souvenirs, ceux de femmes, d'hommes de couples, qui avaient fait le choix de la non exclusivité autour de moi depuis mon plus jeune âge. Je n'avais jusque là jamais entendu ni le terme de polyamour, ni celui de non exclusivité, ni celui d'anarchie relationnelle, etc. (si il y en a d'autres).

Je connaissais seulement ce terme d'amour libre, sur lequel je ne m'étais jamais renseigné-e puisque que je le voyais en face de moi, pas tous les jours mais régulièrement au grés des week-end et vacances passés avec des proches d'un de mes parents. Tout cela me concernait de loin car j'avais deux modèles parmi mes proches, un classique, monogame avec toute sa palette (de l'union libre au mariage avec ou sans lieu commun d'habitation) et celui plus diffus ou complexe à identifier, celui de la non-exclusivité. Je me souviens que je mettais toujours du temps à comprendre qui était l'enfant de qui, le frère et la soeur de quels autres enfants, etc.

Des heureux et des malheureux il y en avait dans les deux cas, mais des femmes détruites, dont la relation avec un homme en particulier les avaient meurtries au point de rejeter les hommes ou de mettre des années, parfois une dizaine à pouvoir repartir dans une relation, cela je ne l'ai vu que dans le cas des relations non-exclusives, ou plutôt dans le cas où l'homme l'est de fait, mais pas forcément ou pas du tout la femme avec laquelle ils partagent leur vie quotidienne ou une majorité de leur vie quotidienne.



©2018 by Len Nel. Proudly created with Wix.com